VALIDATION EN ISRAEL DES DIPLOMES FRANCAIS :VIDEO CONFERENCE DU 25 AVRIL

Ecrit par Ezra Banoun sur . Publié dans

Le jeudi 25 Avril dans les locaux de la Fondation RASHI s’est déroulée la VIDEO CONFERENCE à propos de la validation en Israel des diplômes français.

 AVANT-PROPOS

 1.    L’AAEGE Israel (http://www.aaege-israel.org/) et le COLLECTIF FRANCO-ISRAELIEN  ont coopéré ensemble depuis plus de trois années  pour essayer d’établir cette rencontre.

  1. 2.    Nous avons bénéficié  pendant toute cette  période de l’appui de Monsieur l’Ambassadeur de France CHRISTOPHE BIGOT  et des deux consuls de France qui se sont succédés Mme Colette LEBARON et Mr. Patrice MATTON.
  2. 3.    Juste avant  cette rencontre Mme TZIPI WEINBERG responsable dans le cadre du Ministère de l’Education en Israel de la validation des diplômes a été reçue en France par les responsables concernes du CENIC NARIC ,Du Ministère de l’Education Nationale, du Ministère de La Sante et du Ministère des Universités et de la Recherche.  Elle nous a rendu compte des résultats de sa mission au cours d’une rencontre à laquelle ont participé des représentants du Ministère de la Sante d’Israel le Lundi 21 Avril.
  3. 4.    Je tiens à féliciter et remercier particulièrement  Monsieur l’Ambassadeur de France CHRISTOPHE BIGOT  et Alain ZEITOUN (membre du COLLECTIF FRANCO-ISRAELIEN  , de l’AAEGE ISRAEL et de GVAHIM) pour l’effort investi face aux différents représentants des Autorités Françaises afin que ces derniers nous écoutent avec attention et répondent à nos questions dans une atmosphère de coopération.
  4. 5.    Je voudrais ajouter tout de suite que c’est un des rares points positifs sinon le seul de cette vidéo-conférence.

 RESULTATS

 1. Validation en Israel des diplômes des professions paramédicales (orthophonistes ,audiologues, physiothérapeutes, podologues, diététiciens,…:

 La position exprimée par les représentants des Autorités Françaises a TSIPI WEINBERG au cours de sa rencontre à Paris et durant la vidéo-conférence a été  négative:

 1.1- Tous les diplômes délivrés avant 2017 pour les physiothérapeutes ,avant 2018 pour les orthophonistes , et encore plus tard pour les autres professions paramédicales ne sont en aucune façon des diplômes de 1er cycle .

1.2- Le cursus de l’enseignement fourni par les Etablissements d’Enseignement Supérieur de France ,y compris dans les Facultés de Médecine ne suffit pas pour  définir ces diplômes comme « équivalents » a des diplômes de 1er cycle.

1.3- A la question posée si les Autorités Françaises seraient prêtes à aider les étudiants diplômés  dans ces matières  à compléter en français   l’enseignement reçu afin d’accéder au niveau requis pour que les DIPLOMES D’ETAT DELIVRES aient un grade de diplôme de 1er cycle : la réponse reçue a été NEGATIVE  ET EXPRIMEE DANS DES TERMES CATEGORIQUES.

1.4- A  la question posée si les Autorités Françaises seraient prêtes à aider les Autorités Israéliennes pour leur permettre de donner aux étudiants diplômés  en France dans ces matières  la possibilité de compléter en hébreu   l’enseignement reçu afin d’accéder au niveau requis pour que les DIPLOMES D’ETAT DELIVRES aient un grade de diplôme de 1er cycle, en leur fournissant tout le détail des enseignements donnes  : la réponse reçue a été NEGATIVE  ET EXPRIMEE DANS DES TERMES CATEGORIQUES.

 2. POSSIBILITE POUR LES DIPLOMES DE L’ENSEIGNEMENT ACADEMIQUE DE LA MEDECINE EN France DE FAIRE LEUR SPECIALITE EN ISRAEL

 Contrairement à l’Enseignement de la Médecine dans la plupart des pays développés, en France, les Médecins qui souhaitent faire leur spécialité hors de France ne sont pas titulaires après les 6 ans d’études académiques, un an d’expérience en hôpital et la fin de la thèse, d’un DIPLOME DE MD (Diplôme de Médecine permettant de faire la spécialité sur le plan International).

 A  la question posée si les Autorités Françaises seraient prêtes à confirmer aux Autorités Israéliennes que le Diplôme fourni actuellement après la réussite aux examens de fin d’études académiques a un grade de MD des que l’étudiant  achève 1 année d’expérience en hôpital et dépose sa thèse la réponse reçue a été NEGATIVE  ET EXPRIMEE DANS DES TERMES CATEGORIQUES.

 3. POSSIBILITE POUR LES DIPLOMES DE L’ENSEIGNEMENT ACADEMIQUE SUPERIEUR D’OBTENIR  CONFORMEMENT AUX ACCORDS EUROPEENS UN DIPLOMA SUPPLEMENT rédigé en anglais et formaté suivant les diplômes internationaux.

 Contrairement à la plupart des pays européens l’Etat Français n’a toujours pas pris en 2013  les dispositions  prévues en ce domaine pour appliquer  les accords  de BOLOGNE (1999) de Lisbonne (2001) et la Directive Européenne ayant force de loi (EUROPASS JO 2004 )

 A   la question posée si les Autorités Françaises seraient prêtes à s’engager à appliquer dans le cadre d’un calendrier défini et si possible court  cette directive afin de simplifier de façon drastique toutes les procédures couteuses et longues de recueil de toutes les informations fournies par le DIPLOMA SUPPLEMENT leur traduction du français et le risque de non utilisation par le traducteur des termes formates sur le plan international la réponse reçue a été NEGATIVE  ET EXPRIMEE DANS DES TERMES CATEGORIQUES.

 4. INQUIETUDE CREE PAR L’EVENEMENT

 Nous craignons que les 3 années de « combats » entre 2003 et 2007 pour faire agréer les Diplomes de Grandes Ecoles en tant que MASTERS soient remises en cause suite au message ambigu sur la valeur internationale de ces diplômes par les participants français de cette vidéo-conférence. 

 Si c’était le cas  non seulement cette rencontre n’aurait pas fait avancer en quoique ce soit la situation des diplômés des professions paramédicales , la possibilité pour les médecins de France de faire leur spécialité en Israel  ,la possibilité pour tous les diplômés de France d’accéder au DIPLOMA SUPPLEMENT, mais nous aura fait reculer de dix années concernant les diplômés des Grandes Ecoles.

 Il nous faudra dorénavant conduire nos actions pour la validation en Israel des Diplomes de France autrement .

 

Amicalement

Ezra Charles Banoun (Mines de Paris 61)

Secrétaire General du Comité d’Animation

De l’AAEGE Israel (http://www.aaege-israel.org/)

ezra@aaege.com

 NOTRE CAMARADE ALAIN ZEITOUN QUI S’EST OCCUPE D »ORGANISER CONCRETEMENT CETTE VIDEO CONFERENCE (MERCI ALAIN) AU NOM DU COLLECTIF FRANCO ISRAELIEN AVEC QUI NOUS COOPERONS POUR LA VALIDATION DES DIPLOMES A UN POINT DE VUE DIFFERENT. SUR SA DEMANDE NOUS LE PUBLIONS CI-DESSOUS AVEC MA REPONSE

Visioconférence de coordination France Israël – 25 Avril 2013

Comme suite au compte rendu posté par Ezra Banoun au sujet de la visioconférence binationale du 25 Avril, je voudrais tempérer le pessimisme de son compte rendu et partager avec vous les éléments d’information suivants. Par ailleurs, nous attendons le compte rendu détaillé rédigé par l’équipe de l’Institut Français de l’Ambassade de France (participants aux débats), qui devrait être disponible ces jours ci.

Je voudrais renforcer l’importance pour notre association à continuer à collaborer avec les autres groupes et associations sur le terrain. Je voudrais également rappeler que nous sommes une association apolitique de bénévoles et que, conformément à notre code éthique, nous devrons particulièrement veiller à nous protéger des influences politiques qui chercheraient à « récupérer » nos actions à des fins électorales pour l’élection législative à la 8e circonscription des Français de l’Etranger.

Bien cordialement

Alain Zeitoun

Membre du Comité d’Animation de l’AAEGE Israël

Membre du Directoire de GVAHIM

Membre du Collectif Franco-Israélien

 

Diplômes paramédicaux

  • Effectivement, les diplômes paramédicaux français tel que délivrés à ce jour (avant la réingénierie LMD des diplômes, en cours) ne sont pas des licences.
  • Le contenu de leur cursus est plus court que le cursus israélien ou même que celui des nouveaux diplômes français LMD.
  • Il est donc impossible pour l’administration française de leur donner un grade de Licence, et impossible pour l’administration israélienne de les accepter comme tels.
  • La proposition d’Ezra Banoun que l’administration française mette en place un cursus de formation complémentaire en France à la fin duquel les diplômés recevraient une Licence en France, a effectivement été écartée.
  • En effet, le processus européen définit que c’est au pays receveur, et non pas au pays de départ, de définir les normes d’équivalence et mettre en place les formations complémentaires éventuellement requises pour délivrer un permis de travail.
  • C’est cette voie (similaire à celle existante pour les autres professions médicales) qui est également explorée par le Forum des Olims avec lequel nous collaborons et qui a été recommandée par le Directeur Général du Ministère de la Santé israélien.
  • A la question de la coopération entre les administrations française et israélienne : les services du Ministère de la Santé français se sont en réalité engagés à aider leurs collègues israéliens pour comparer les cursus des deux pays et à définir le programme de formation / stage complémentaire qui serait nécessaire, diplôme par diplôme.

 

Médecins – spécialisation en Israël

  • Là encore, l’administration française est prête à fournir un diplôme de fin de 6e année d’études médicales, via l’université. Cependant, la loi française n’autorise pas la pratique de la médecine avec ce diplôme.
  • C’est donc en réalité le Ministère Israélien de la Santé (et non le français) qui fait blocage car seul un médecin avec permis d’exercer peut s’inscrire en spécialité. Le travail de lobby devra donc cibler le côté israélien, et non le français.

 

Délivrance du Diploma Supplément

  • Il est exact que le Ministère français de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche nous a déclaré (entre les lignes) avoir des difficultés à faire appliquer les décisions européennes sur le Supplément au Diplôme qui ont fait suite à la Déclaration de Bologne.
  • Sur ce dossier, nous confirmons ce blocage mais nous travaillons déjà sur un plan d’action qui impliquera l’échelon politique afin d’avancer sur ce dossier.

 

Délivrance des Diplômes de Grade Master

  • Nous avons obtenu que le Centre ENIC France transmettra à son homologue Israélien la liste actualisée et complète de toutes les Ecoles et Grandes Ecoles qui délivrent des diplômes au niveau de Master – ceci va permettre d’accélérer le processus de validation
  • Pour les diplômes qui ne sont pas dans cette liste, donc qui ne sont pas des Masters, un processus d’évaluation va être discuté au cas par cas avec l’aide du Service Scientifique de l’Ambassade de France en Israël.
  • A ce propos, nous remercions l’équipe de Monsieur Baudier de l’Ambassade de France pour son aide – ils ont clairement affirmé que leurs services veulent prendre un rôle actif direct pour aider chaque diplômé en difficulté pour naviguer entre des différents bureaux des Ministères compétents en France.

 

REPONSE EZRA


CHERS AMIS

 POURQUOI  CHERCHER A VOIR UN SUCCES LA OU IL Y A ECHEC?

PARCE QUE CETTE VIDEO CONFERENCE A NECESSITE BEAUCOUP D’EFFORTS? Est-ce vraiment un critère?

PARCE QUE LES REPRESENTANTS DES AUTORITES FRANCAISES ONT ETE POLIS ET ATTENTIFS? Est-ce vraiment un critère important?

PARCE QUE LE COLLECTIF SOUHAITE ANNONCER DANS DES COMMUNIQUES DE PRESSE QUE GRACE A SON ACTION CETTE VIDEO-CONFERENCE A FAIT « AVANCER LES CHOSES » Est-ce sérieux?

 

Il n’y a qu’un seul type de critère sérieux :est-ce que pour les franco-israéliens :

1-qui  ne peuvent travailler dans leur profession suite au niveau international insuffisant  du diplôme d’Etat obtenus dans les Facultés de médecine ont bénéficié de la moindre compassion /aide  des représentants des Autorités Françaises pour les sortir de l’impasse dans laquelle ils se retrouvent :NON!

2-qui ne peuvent recevoir en 2013 de DIPLOMA SUPPLEMENT en infraction avec la Directive Européenne de 2004   ont des chances d’en recevoir dans un avenir défini ? NON

3-qui sont médecins et ne peuvent faire leur spécialité en Israel suite au refus des Autorités Françaises de donner une valeur internationale au diplôme de fin d’études académiques pourront désormais le faire: NON

 

Quant au grade de Master à ne pas confondre avec MASTERE , je comprends cher Alain que tu ne te rends pas compte que c’est super dangereux pour tous les diplômés de Grandes Ecoles.

Les efforts investis entre 2003 et 2006 pour obtenir la reconnaissance des diplômes de grandes écoles comme l’X ,les Mines ,Centrale etc. résultaient du fait que les diplômes de Grandes Ecoles ne sont pas des Masters du point de vue de leur gradation universitaire (il manque la thèse du 2eme cycle).

 

Il n’ y a eu de positif que l’existence de la rencontre et la clarification des positions.

 

 

 

 

Mots-clefs :

Rétrolien depuis votre site.