TEL AVIV AURA SON TRAMWAY !

Ecrit par admin sur . Publié dans

publié le 30 sept. 2011 05:11 par webmaster AAEGE

 

Tel-Aviv aura son tramway… mais à quel prix ? HA MODI »A transmis par Moshe BAHAR

   Par David Jortner,Bookmark and Share

Après 15 ans (!) d’études préparatoires, le projet de tramway de Tel-Aviv – à la fois terrestre et souterrain – semble enfin sortir des cartons. Les premiers bulldozers ont commencé le 21 septembre à entrer en action sur le futur tracé de la ligne qui devrait traverser toute la métropole du nord au sud, et relier ainsi Bné Brak et Ramat Gan à Bat Yam. Pour l’heure, les premières opérations de terrassement se déroulent simultanément à proximité de trois sites : l’échangeur routier Em Hamochava à Péta’h Tikva, un parking près de l’hôtel Sheraton de Ramat Gan, et un autre proche de Bet Romano dans le sud de Tel-Aviv. Sur ces lieux, la première phase des travaux consistera à creuser des puits de 25 mètres de profondeur par lesquels on acheminera toutes les machines nécessaires pour creuser 10 kilomètres de tunnels (entre le boulevard Jérusalem de Jaffa et l’échangeur routier de Geha à Péta’h Tikva). Ce grand chantier a été inauguré par le ministre des Transports Israël Katz dans une relative discrétion, sans doute pour ne pas faire ombrage à l’initiateur du projet – il y a 15 ans – l’actuel Premier ministre, lequel en posa la première pierre lors de son premier mandat, en compagnie de Roni Milo, alors maire de Tel-Aviv.
De nombreux obstacles ont retardé le démarrage des travaux. Il a d’abord fallu convaincre les 4 municipalités voisines de Tel-Aviv de la viabilité du projet, et négocier avec elles le futur tracé du tramway.
Les vrais problèmes sont apparus ensuite : l’extrême complexité du cahier des charges représentait un véritable défi pour les entreprises de génie civil. Lancé en 2006, l’appel d’offres opposa deux consortiums. D’un côté le groupe MTS (regroupant les sociétés Africa-Israël, Siemens, Egged, le chinois CCECC, le Portugais Da Costa Soares, le Hollandais HTM), de l’autre le groupe Metrorail piloté par Shari Arison (Banque Hapoalim, Alstrom, Vinci, Connex). Finalement, le budget proposé par MTS (7,1 milliards de shekels) emporta le marché. Le groupe MTS signa alors un contrat BOT (« build, operate, transfer ») qui prévoyait la construction du projet, sa gestion et son transfert en toute souveraineté à l’État au terme de 25 ans d’exploitation. Mais en août 2010, après que ce groupe n’avait pas réussi à rassembler les fonds nécessaires, le gouvernement décide de nationaliser le projet, dont il confie la gestion à NTA, une structure spécialement créée à cet effet. Laquelle revoit à la hausse le coût total de l’opération : 12 milliards de shekels… Tous les grands projets de génie civil du monde se sont déroulés sur fond de gouffres financiers. Le tram de Tel-Aviv ne fait pas exception.

Mots-clefs :

Rétrolien depuis votre site.

admin

This information box about the author only appears if the author has biographical information. Otherwise there is not author box shown. Follow YOOtheme on Twitter or read the blog.