Articles marqués avec ‘Littérature’

JEAN-PIERRE LLEDO PRESENTERA SON NOUVEAU LIVRE A L’INSTITUT FRANCAIS LE LUNDI 3.12.12

Ecrit par Ezra Banoun sur . Publié dans ,

Notre camarade Jean-Pierre LLEDO presentera a l’Institut Francais (RUE ROTHSHILD a TEL AVIV ) le le Lundi 3 Décembre a 19h son livre  »Revolution démocratique dans le Monde arabe. Ah ! si c’était vrai ».

En voici le Synopsis « 

synopsis

C’était encore l’hiver, on l’appela Printemps. La chute rapide, trop rapide, de deux gérontocrates, tunisien et égyptien, semblaient-ils inamovibles, a suscité – en Occident bien plus que sur place – un délire interprétatif. C’était une Révolution. Elle était démocratique. Guidé par des cyber-révolutionnaires, le monde arabe et musulman s’était soulevé de sa propre initiative, comme un seul homme. Ah, si c’était vrai ! L’automne est déjà là, et contrairement aux prévisions, il est islamiste (avec en Lybie, le coup de pouce de l’OTAN). L’hiver arrive, faut-il se leurrer, il sera rude. N’est-ce pas le combat historique entre Jalout et Daoud, (Goliath et David), entre l’islamisme et son contraire, la démocratie, qui vient de s’engager ? Qui l’emportera ?

Dans un aller-retour entre l’expérience algérienne pionnière des années 80-90, et celle du monde arabe d’aujourd’hui, l’auteur, un cinéaste algérien engagé dans toutes les luttes pour la démocratie dans son pays depuis l’indépendance, exilé depuis 1993, et dont le dernier film  »Algérie, histoires à ne pas dire » a été localement interdit depuis 2007, fait un état des lieux, s’interroge, et appelle ses amis démocrates au réalisme et à l’introspection….

Un debat suivra.

Poème de Bialik pour un enfant assassiné

Ecrit par admin sur . Publié dans

publié le 21 mars 2011 02:46 par webmaster AAEGE 

Communiqué de Ezra :

Le document ci-joint m’a été envoyé par mon amie Esther ORNER écrivain israélien en langue française. Il a paru dans le site suite a l’Assassinat de la Famille FOGEL a ITAMAR http://kefisrael.com/2011/03/13/un-poeme-de-bialik-pour-une-famille-assassinee/#comments.

Haim Nahman BIALIK- 1873 -1934 http://fr.wikipedia.org/wiki/Ha%C3%AFm_Nahman_Bialik est probablement le plus grand poète hébraïque de l’ère contemporaine . A partir de 1924 il s’est install

é a TEL AVIV . Menahem BEGIN aimait citer Bialik dans ses discours et ce poème en particulier.

En 1903, au lendemain du pogrom de Kichinev, il se rend sur les lieux pour témoigner. Révolté par la foi aveugle et l’immobilisme de ses coreligionnaires, il compose un poème qui fera date dans l’histoire de la littérature hébraïque : « Dans la ville du massacre ».


———————————————————————————————————————————————————————————
Tuerie

Cieux, implorez grâce pour moi !
S’il y a en vous un Dieu,
Et un chemin qui conduit à lui, Un chemin que je n’ai pas trouvé
Alors, priez vous pour moi !
Mon coeur est mort;
Plus de prière sur mes lèvres,
Plus de force dans les bras, plus d’espoir !

Jusqu’à quand ? Jusqu’où, Jusqu’à quand ?

Holà ! Bourreau, voici ma gorge, viens et tue !
Abats-moi comme un chien ! Toi, tu as un bras et un couteau
Et, moi, j’ai l’univers pour échafaud.
Frappe à la tête ! Que le sang du meurtre,
Le sang de l’enfant et du vieillard,
Gicle sur ta chemise

Et que jamais il ne s’efface !

S’il y a une justice, qu’elle paraisse aussitôt !
Mais si elle tarde, si elle n’éclate qu’après ma mort,
Après que, moi, j’aurai été détruit,
Je veux que son trône s’écroule
Et que les cieux périssent dans le mal éternel !
Quant à vous, scélérats, sustentez-vous de sang,
Allez et vivez de vos ignominies !

Maudit soit celui qui dira : vengeance !
Une telle vengeance, la vengeance du sang d’un enfant,
Satan ne l’a point encore inventé…
Que le sang se creuse un chemin sous terre,
Qu’il sape et ronge et mine dans les ténèbres
Les fondements délabrés de l’univers !

(Traduction de l’hébreu de J. Milbauer)

Paru dans l’Anthologie de la poésie en hébreu moderne (Gallimard, 2001)

En souvenir de Hadass, 3 mois, Elaad, 4 ans, Yoav, 11 ans, Ruth Fogel, 35 ans, Udi
Fogel, 36 ans égorgés à Itamar.

Roï, 8 ans et Ichai ont échappé au massacre. C’est Tamar 12 ans qui a découvert
l’horreur.-

Dix ans de la Librairie du Foyer

Ecrit par admin sur . Publié dans

publié le 24 août 2011 01:23 par webmaster AAEGE 

Dix ans, jour pour jour que la librairie du Dizengoff Center a brulé, Dix  ans que nous sommes installés à Masaryk, Dix  ans déjà et (presque) que de bons souvenirs…
Des rencontres passionnantes, avec des auteurs bien sûr, mais aussi et sutout avec vous, qui êtes surprenants.
Je vous remercie, au nom de notre petite équipe, pour votre fidélité, votre gentillesse et votre soutien de toutes ces années. Merci.
Voici en passant un petit rappel de nos activités du mois de mai: Venez retrouver Richard et ses chansons vendredi 6 mai à partir de 11h30  
Essayez vous à la prose avec Anne et son atelier d’écriture, lundi 16 mai à 19h15    Réflechissons sur le rôle de l’histoire et des historiens, avec Yair dans le cadre de ses causeries , lundi 23 mai à 19h    A très vite,Myriam, Dan et Sarah

DAVID GROSSMAN S’EXPRIME

Ecrit par admin sur . Publié dans

publié le 22 août 2011 08:37 par webmaster AAEGE

 

Grace a notre camarade Sandy OHNONA nous pouvons publier l’article suivant :

David Grossman, l’un des romanciers les plus fins et les plus talentueux d’Israël, incarne la conscience de son pays.

« Ses ennemis le décrivent comme un gauchiste idéaliste et crédule, partisan d’une paix définitive entre Israéliens et Palestiniens, souvent désirée, toujours reportée. Comme ils se trompent… Depuis plus de vingt ans, David Grossman est l’un des romanciers les plus fins et les plus talentueux d’Israël.

Par ses essais et ses interventions publiques, il incarne aussi, parfois, la conscience de son pays. Dans son dernier opus, publié le 18 août en France (1), il déploie toute son intelligence de l’esprit et de l’âme, appuyée par une écriture d’une richesse inouïe. « Une femme fuyant l’annonce » a été salué comme un chef-d’oeuvre lors de sa parution en Israël, puis dans le monde anglophone. Grave et majestueux comme une suite pour violoncelle seul de Bach, c’est un roman d’une portée universelle. Son plus beau.