Poème de Bialik pour un enfant assassiné

Ecrit par admin sur . Publié dans

publié le 21 mars 2011 02:46 par webmaster AAEGE 

Communiqué de Ezra :

Le document ci-joint m’a été envoyé par mon amie Esther ORNER écrivain israélien en langue française. Il a paru dans le site suite a l’Assassinat de la Famille FOGEL a ITAMAR http://kefisrael.com/2011/03/13/un-poeme-de-bialik-pour-une-famille-assassinee/#comments.

Haim Nahman BIALIK- 1873 -1934 http://fr.wikipedia.org/wiki/Ha%C3%AFm_Nahman_Bialik est probablement le plus grand poète hébraïque de l’ère contemporaine . A partir de 1924 il s’est install

é a TEL AVIV . Menahem BEGIN aimait citer Bialik dans ses discours et ce poème en particulier.

En 1903, au lendemain du pogrom de Kichinev, il se rend sur les lieux pour témoigner. Révolté par la foi aveugle et l’immobilisme de ses coreligionnaires, il compose un poème qui fera date dans l’histoire de la littérature hébraïque : « Dans la ville du massacre ».


———————————————————————————————————————————————————————————
Tuerie

Cieux, implorez grâce pour moi !
S’il y a en vous un Dieu,
Et un chemin qui conduit à lui, Un chemin que je n’ai pas trouvé
Alors, priez vous pour moi !
Mon coeur est mort;
Plus de prière sur mes lèvres,
Plus de force dans les bras, plus d’espoir !

Jusqu’à quand ? Jusqu’où, Jusqu’à quand ?

Holà ! Bourreau, voici ma gorge, viens et tue !
Abats-moi comme un chien ! Toi, tu as un bras et un couteau
Et, moi, j’ai l’univers pour échafaud.
Frappe à la tête ! Que le sang du meurtre,
Le sang de l’enfant et du vieillard,
Gicle sur ta chemise

Et que jamais il ne s’efface !

S’il y a une justice, qu’elle paraisse aussitôt !
Mais si elle tarde, si elle n’éclate qu’après ma mort,
Après que, moi, j’aurai été détruit,
Je veux que son trône s’écroule
Et que les cieux périssent dans le mal éternel !
Quant à vous, scélérats, sustentez-vous de sang,
Allez et vivez de vos ignominies !

Maudit soit celui qui dira : vengeance !
Une telle vengeance, la vengeance du sang d’un enfant,
Satan ne l’a point encore inventé…
Que le sang se creuse un chemin sous terre,
Qu’il sape et ronge et mine dans les ténèbres
Les fondements délabrés de l’univers !

(Traduction de l’hébreu de J. Milbauer)

Paru dans l’Anthologie de la poésie en hébreu moderne (Gallimard, 2001)

En souvenir de Hadass, 3 mois, Elaad, 4 ans, Yoav, 11 ans, Ruth Fogel, 35 ans, Udi
Fogel, 36 ans égorgés à Itamar.

Roï, 8 ans et Ichai ont échappé au massacre. C’est Tamar 12 ans qui a découvert
l’horreur.-

Mots-clefs :

Rétrolien depuis votre site.

admin

This information box about the author only appears if the author has biographical information. Otherwise there is not author box shown. Follow YOOtheme on Twitter or read the blog.