Reconnaissance des diplômes français en Israël – quelques clarifications… !

Ecrit par Alain Zeitoun sur . Publié dans , , , , , , , ,

Tel-Aviv, 15 juillet 2014

Reconnaissance des diplômes français en Israël – quelques clarifications… !

Contrairement à ce que des organes de presse et sites d’information ont récemment publié, rien n’a encore vraiment changé en ce qui concerne la reconnaissance des diplômes français en Israël. Pour la plupart des professions, l’obtention d’une licence d’exercer une profession réglementée ou la reconnaissance académique d’un diplôme français en Israël nécessitent toujours des efforts et souvent le passage d’un examen.

Les professions paramédicales prisonnières d’un vide juridique qui les a mises au chômage depuis 2009 peuvent bientôt espérer une solution et le droit de passer un examen d’équivalence (comme leurs collègues du reste du monde) grâce au projet du Député Ohayon visant à corriger la loi. Ce projet de loi a récemment été accepté en Conseil des Ministres et va maintenant passer en phase de discussion à la Knesset. Par ailleurs, le gouvernement israélien a nommé le 22 juin 2014 une commission interministérielle dirigée par le Directeur Général du Ministère de l’Aliyah et Intégration, M. Oded Forer, qui est sensée évaluer les blocages à l’intégration et devra proposer ses conclusions et un plan d’action le 22 aout 2014… Attendons et espérons…

Pour les candidats à l’aliyah, la multiplicité des acteurs, la diversité des sources, officielles ou non, l’aspect partiel ou erroné de certaines publications voire les effets d’annonce médiatiques, créent une grande confusion, porteuse de faux espoirs, générateurs de déceptions voire de situations douloureuses.

Face à cette confusion, l’AAEGE Israël vient de terminer une série de consultations avec la plupart des Ministères concernés pour mettre à jour les informations sur les procédures de reconnaissance des diplômes sur son site (www.aaege-israel.org, rubrique diplômes) et met cette information à disposition des medias qui le demandent. Le but est qu’une information correcte et vérifiée soit disponible en ligne pour les titulaires de diplômes français qui voudraient obtenir leur équivalence ou leur licence de travail en Israël.

Image_Diplome

La reconnaissance des diplômes en Israël – deux types de reconnaissance pour les diplômes étrangers :

A) la reconnaissance des diplômes par le Ministère de l’Education dont l’objectif est de certifier le niveau académique (exemple : Licence, Master ou Doctorat). Cette certification est très importante pour la grille salariale, pour travailler dans le secteur public ou para-public ou pour poursuivre ses études en Israël

B) la reconnaissance des diplômes pour les professions réglementées, obligatoire pour obtenir un permis de travail – cette reconnaissance est donnée par le Ministère de Tutelle de la profession et/ou par l’Ordre Professionnel qui régit la profession – cette reconnaissance professionnelle est obtenue indépendamment de celle du Ministère de l’Education.

Le Ministère de l’Aliyah et de l’Intégration (Klita) et l’Agence Juive mettent à disposition de multiples sources d’information sur les procédures de reconnaissances des diplômes : information en ligne (parfois document PDF à télécharger) ou sous forme de brochures imprimées, le plus souvent en anglais, parfois en français traduites à partir des versions en anglais. De ce fait, beaucoup d’informations spécifiques aux diplômes français sont souvent manquantes car le travail de vérification auprès de chaque Ministère n’a pas été fait.

Pour corriger cette situation, l’Association AAEGE Israël travaille dans deux directions :

1) lancer des actions de lobbying ensemble avec des associations et groupes partenaires (Collectif Franco-Israélien, CNEF, AMI, Gvahim, Associations des Olim, Lobby Francophone, Darkenou Israël-Europe, etc.) pour que les différents ministères (Alyah et Klita, Education, Economie, Justice, etc.) mettent en ligne une information claire et vérifiée en français sur leur site comme l’avait fait il y a quelques années le Ministère de la Santé, après nos actions de lobbying

2) mettre en place une plateforme de partage des informations sur l’équivalence des diplômes pour que le lecteur puisse savoir si l’information qu’il a reçue est à jour et comment il peut obtenir de l’aide à ce sujet. Se sont déjà joints à cette plateforme de partage les sites « Arriver en Israël » et « Ashdod Café ».

AAEGE Israël (Association des Anciens et Elèves de Grandes Ecoles et Universités en Israël) www.aaege-israel.org
Alain Zeitoun – Edith Hassine

Table de synthèse par profession – attention: liens non fonctionnels > voir menu  « diplomes/equivalence par profession »

Tableau Equivalence FR JPG

L’Ambassade de France recrute 1 jeune doctorant ou post-doctorant français

Ecrit par Dory Cwikel sur . Publié dans ,

 

L’Ambassade de France en Israël recrute 1 jeune doctorant ou post-doctorant français en Israël. Date limite d’envoi des candidatures 22/07/14
Vous avez moins de 28 ans, êtes de nationalité française et souhaitez réaliser un doctorat ou un post-doc en sciences exactes (physique, mathématiques, médecine, chimie, robotique, etc.) dans une université ou un laboratoire israélien ?
VI-CHERCHEURS-JUILLET-2014_mini
Plus de details:
http://institutfrancais-israel.com/blog/lambassade-de-france-en-israel-recrute-3-jeunes-chercheurs-francais/

 

 

Attirer les jeunes médecins vers la périphérie d’Israël – Conférence Internationale de Politique de Santé à Jérusalem (en anglais)

Ecrit par Alain Zeitoun sur . Publié dans , , ,

AROUND THE GLOBE – Journal de l’Israel Medical Association (IMA), août 2013

Attracting young physicians to the periphery in Israel – 5th Jerusalem International Conference on Health Policy

This year’s Jerusalem International Conference on Health Policy centered on the theme of health policy in times of austerity. The conference aimed to confront the following key challenges: patterns of health care under austerity; institutional governance strategies; sustaining quality and performance; and financial and economic strategies.

Leading experts in management and governance, health economics, health policy and regulation, population health, and quality and performance measurement addressed the participants during the conference plenary sessions. In addition, thematic sessions delved more deeply into these tough, but fascinating issues.

Dana Fishbain, Manager of the Israeli Medical Association Scientific Council, represented the IMA at the conference and presented a joint study conducted by the IMA and Myers-JDC-Brookdale Institute on attracting young physicians to work in the Israeli periphery.

In Israel there are significant health disparities between the peripheral and central areas. There is a geographical maldistribution of specialists and difficulties in attracting young physicians to train in remote hospitals. This has led to many unfilled residency positions in distressed specialties and in the periphery. The 2011 physicians’ collective agreement signed by the IMA aimed to address this issue. As part of the 2011 collective agreement incentives were offered to residents working in the periphery.

The study questioned whether and how the distribution of new residencies has changed in the wake of the new incentives.

The incentives included:

  • An immediate 10% addition to the monthly salaries of residents working in the periphery, increasing to 25% by 2013. Specialists receive an immediate increase of 8%, growing to 17% by 2013.
  • One-time payments to all residents who start a residency training program in the periphery:
    • 500,000 NIS in the distressed specialties,
    • 300,000 NIS in other specialties.
    • Incentives for residents in distressed specialties in all districts

The study found that the percentage of new residents starting their training in the periphery increased in the North – from 7% in 2010 to 12% in 2011 and 11% in 2012 and in the South – from 8% in 2010 and 2011 to 12% in 2012. The total number of new medical residents significantly increased in 2011, and moderately increased in 2012 compared to 2010. Dana explained that these increased numbers may be mainly attributed to an increasing number of licenses issued in 2011 compared to 2010 (900 vs. 726). They may also be partially attributed to candidates “sitting on the fence” to whom the agreement gave new motivation to start a residency.

Dana concluded that these findings are encouraging news for health policy authorities; however such impressive increases may be shortly eroded if not properly maintained. The mechanism of financial incentives seems to be an effective tool for influencing the distribution of new medical residents in Israel. Nevertheless, it remains to be seen whether those physicians who trained as residents in the periphery will continue there as specialists. A long-term desired effect of the incentives would be for a high percentage of those periphery-trained residents to permanently base their life and work in the periphery.

Finally Dana explained that the IMA is planning to carry out a survey of young physicians to explore to what extent the increase in the number of residents choosing to go to the periphery was due to the change in incentives. A further longitudinal study over the next 7 to 10 years will be needed in order to measure the long-term effect. In Israel there are significant health disparities between the peripheral and central areas.

The conference aimed to confront the following key challenges: patterns of health care under austerity; institutional governance strategies; sustaining quality and performance; and financial and economic strategies.