Colloque Israel – Europe Collectif Franco-Israélien et CCIIF – 3 juillet 2013

Ecrit par Alain Zeitoun sur . Publié dans , ,

Le 3 juillet dernier, c’était à la banque Leumi de Tel-Aviv qu’il fallait être pour profiter du premier grand événement public organisé par le Collectif Franco-Israélien, sur les thèmes de l’économie, de l’emploi et de la reconnaissance des diplômes.

 Colloque 2013-07-02 economique1

Le premier panel en plein débat – Photo : LPJ

Organisé avec la Chambre de Commerce et d’Industrie France-Israël, la soirée a attiré près de 150 personnes, dans une ambiance détendue et conviviale. De nombreuses personnalités connues de la communauté franco-israélienne avaient fait le déplacement, dont l’ancienne députée de la 8ème circonscription, Daphna Poznanski-Benhamou.

Orchestrés par Alain Zeitoun et Georges Benhamou du Collectif ainsi que le Président de la CCIIF Daniel Rouach, deux panels ont été proposés : le premier consacré aux échanges économiques entre Israël et l’Europe et le second à la reconnaissance des diplômes français en Israël.

Pour en parler, plusieurs intervenants de qualités se sont succédés à la tribune. Dan Catarivas (Manufacturers Association of Israel) et la professeure d’économie Nadine Baudot-Trajtenber, ont évoqué les liens économiques israélo-européens.

L’Union Européenne est le premier partenaire commercial d’Israël, mais la France est loin d’être en tête, représentant seulement 9% des exportations d’Israël (alors que, par exemple, le Royaume-Uni représente 22% et les Pays-Bas 16%). D. Catarivas a rappelé cependant que, contrairement aux autres pays d’Europe, les échanges avec Israël ne sont pas concentrés sur quelques entreprises, puisqu’une multitude de PME françaises commerce avec l’Etat Hébreu.

N. Baudot Trajtenberg, au travers d’un exposé clair et pédagogue de la crise économique mondiale, a ajouté qu « Israël est passé d’une économie paternaliste à une économie de marché, avec tous les défis que cela implique : hausse des inégalités, hausse de la pauvreté etc », mais que sa force résidait dans le fait que la société israélienne « n’est pas hiérarchisée, sclérosée comme les sociétés européenne. La mobilité et l’ouverture au changement est plus grande. » Ce qui, selon elle, est un point important pour sortir de la crise.

Etait aussi présent Luigiandrea Pratolongo, le Chef du secteur Commerce et Economie de la Délégation de l’UE en Israël, qui a expliqué l’encadrement juridique des échanges entre l’Union Européenne et Israël, c’est-à-dire les efforts entrepris pour encourager Israël à s’aligner sur les standards européens pour faciliter les échanges. Une intervention bienvenue vu qu’il est plutôt rare d’avoir un fonctionnaire européen participant aux événements sur les relations économiques entre Israël et le Vieux Continent ou la France. Israël a signé un accord d’association avec l’Union Européenne dans le cadre de la politique euro-méditerranéenne de l’Union, en vigueur depuis 2000. D’autres accords d’association euro-méditerranéens ont été signés avec la Jordanie, le Liban, l’Egypte et le Maghreb. Jean Luc Berrebi du Groupe HOT Télécommunication a conclu cette discussion en revenant sur son parcours personnel et professionnel en Israël.

Le deuxième panel était consacré à la reconnaissance des diplômes français en Israël, les difficultés et blocages que Lepetitjournal.com a évoqués dans de précédents articles. Une des priorités du Collectif Franco-Israélien, sur laquelle A. Zeitoun a précisé le travail de longue haleine déjà effectué par de nombreuses personnes du Collectif, avant de donner la parole aux intervenants en élargissant le débat sur les possibilités d’améliorer l’entrée des nouveaux immigrants français sur le marché du travail israélien.

Sont ainsi intervenus Mariel Aflalo-Benhamou de la WIZO Israël, Mickael Bensadoun du programme Gvahim, Avi Zana de AMI Israël et Sam Kadosh du CNEF. A noter également la présence de Yoni Chetboun, unique député francophone de la Knesset, qui a profité de son intervention pour interpeller les franco-israéliens : « le problème de la communauté française en Israël, c’est qu’elle est trop dispersée, elle ne s’organise pas en lobby pour pouvoir influencer la Knesset. […] trop d’associations différentes m’appellent en me disant : nous sommes les représentants des Français d’Israël ».

Le colloque a été conclu par un l’intervention de SE l’Ambassadeur C. Bigot, qui a  parlé de la marche de manœuvre des diplomates dans les relations économiques France-Israël. Applaudis par une audience visiblement ravie du colloque, A. Zeitoun, G. Benhamou et D. Rouach ont conclu la soirée en conviant l’ensemble du public au prochain événement de la CCI : la soirée luxe du 10 juillet prochain.

Justine SIMONIN (www.lepetitjournal.com/telaviv) Dimanche 7 juillet 2013

 

Pour voir les photos de l’événement – cliquer ici

Mots-clefs :